Jeune Afrique – « Le monde est un bel endroit »

« Ce sordide fait divers sert de point de départ au roman de Didier Desbrugères, Le monde est un bel endroit, qui comporte un ensemble de réflexions sur notre rapport au monde animal… Il ne s’agit pas seulement de plaider en faveur des espèces en voie de disparition comme les rhinocéros ou les éléphants, mais de disséquer nos attitudes envers les bêtes : fascination, répulsion, mépris, manipulation, utilisation, consommation… Si les braconniers pourraient être les méchants désignés du roman, ils ne sont pas que cela : ce sont aussi des hommes qui essaient de survivre en se glissant dans un marché régulé par l’offre et la demande. »

En savoir plus sur le titre

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « Mentions légales et politique de confidentialité » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous cliquez sur "Accepter", vous consentez à cela.

Accepter